Cette année, c’est décidé, je prends du temps pour moi

Alessandra Makers 1 Comment

Bonnes (?) résolutions

Arf.

C’est comme les résolutions du réveillon. On souhaite les tenir, sincèrement. Entre deux verres de champagnes et une cigarette (la dernière évidement) et on se dit dans les tumultes de la soirée, que demain est synonyme de bonnes résolutions.  

Donc cette année, c’est décidé, je quitte tout et je me recentre sur moi-même : yoga à profusion, bain de soleil stéphanois, sport matinal.

Bref, je pense à moi avec pour point de conduite “ne fais que ce que tu as envie”.

Bon ben ça… c’était avant de rencontrer le Kosmoss.

Oui coach !

« – Sophie, j’ai un super truc pour toi.

– Oui mais je veux prendre du temps pour moi.

– Ouais mais vraiment je le sens bien. Je suis sûr que ça peut matcher des deux côtés »

Alors d’accord, après tout ça ne sera pas la première fois que je manquerais à mes résolutions. Allons voir ce que l’avenir à m’offrir, le yoga attendra.

Kosmoss Kézako ?

Me voilà donc parti dans les entrailles du site de l’agence

Kosmoss qu’est ce que c’est ? Que font-ils ? Qu’apportent-ils à leur client ?

Premier scroll rapide : mince… je n’ai pas compris. Agence de design ? De communication ? Digitale ?

Deuxième scroll moins rapide : ok. Je ne comprends toujours pas.

Qu’est-ce que le design sprint ? Le retail design ? La doctor boxx ? Le kustomers deep dive ? Le lean start-up ?

La gestion de projet ? (pour celle ci, je plaisante).

Là je dois être honnête et un peu cru avec vous chers lecteurs : je me sens con !

Suis-je déjà dépassée à 27 ans ? Suis-je restée trop longtemps dans un bunker ? Suis-je la seule à qui ça ne parle pas ?!  

Je continue donc mon travail minutieux de recherche, page par page, vidéo par vidéo, projet par projet. Je me perds, je reviens, je repars, je recherche…

En même temps et pour rassurer mon égo, je demande autour de moi si le design sprint est une nouvelle méthode ou si je dois réellement changer de métier ?

Mon homonyme me rassure : “C’est une méthode qui a été développée par Google Ventures, malheureusement peu voir aucun organisme français ne l’utilise. Ce n’est pas encore connu en France”.  

Ouf ! Bien que déçue ne pas être une pionnière sur le sujet, mon égo va un peu mieux.

Je m’éparpille ?

Ok, revenons à nos moutons (c’est une métaphore, encore aucun bovidé chez Kosmoss).    

Après une lecture approfondie des contenus du site et un jonglage permanent entre mes 12 onglets affichés, c’est vraiment plus clair.

Maintenant que j’ai répondu à la question du “Quoi ?”, il me faudra  trouver les réponses aux questions “Comment ?” et “Pourquoi?”.

Une chose est sûre cependant : ça me botte grave !  Ok pour échanger dans un premier temps avec Julien.

Là où l’histoire commence

« — Allo ? Bonjour Julien, c’est Sophie.

— Bonjour Sophie, comment allez-vous ? »

Ça commence bien vous ne trouvez pas ?

Finalement, j’aurais du commencé par ça. Les réponses au “Pourquoi ?” me sont délivrées limpidement par Julien en moins de 10 mins et il me rassure sur le “Comment ?” qui pourra être vu dans un second temps.

Première surprise : sa franchise, sa transparence et sa bienveillance qu’on ressent dès les premières minutes. Et j’adhère complètement.  

Deuxième étape : lettre de motivation & CV

Bon… Je dois bien l’avouer à ce moment précis, j’ai pas envie de m’arrêter là. Les bains de soleil peuvent aller se faire voir !

Et par principe de bienveillance également, je ne veux pas mentir.

Je ferais donc du “moi”.  Au moins, si l’équipe n’adhère pas, ce sera sans regret.

Tic. Tac. Tic. Tac.

Seconde grosse surprise : We’ll done !

Non ? Vraiment ? Ma lettre a vraiment plu ?  

Première rencontre

 « — Sophie, je vous propose de venir rencontrer l’équipe autour d’un déjeuner vendredi au Chaudron.”

Toute l’équipe ? D’un coup ?

Il faut se le dire, pour un premier contact c’est intimidant et peu conventionnel.

Mais finalement, l’ai-je été, conventionnel, dans ma lettre ? Non ! Et puis, lorsqu’on réfléchit, l’idée d’une rencontre d’équipe colle trait pour trait avec les valeurs de Kosmoss.

Alors OK ! CHALLENGE ACCEPTED.

Ça y’est, me voilà aux portes (ouvertes ce jour-là) du Chaudron.   

J’ose un pied, puis l’autre.

« — Hey salut ! Moi c’est Lyne. Ça va ? » le tout entre deux bises.

La suite ? Elle s’est passée chaleureusement, autour de la table avec pleins de bonnes choses à grignoter (enfin je suppose, car je n’ai rien mangé).

Vous pensez-pas qu’il y a pire comme “entretien” honnêtement ?

Aujourd’hui, 17 janvier, 17h21. Jour 9.

Guillaume est concentré sous son casque.

Romain se bat avec les illustrations de mon visage.

J’ai l’impression d’être là depuis des mois et que déjà mon environnement m’est familier. Et vous savez pourquoi ?

Parce que chez Kosmoss, vous intégrez une team à la bienveillance inégalée. Une équipe qui sait vous faire confiance dès les premiers instants et qui vous laisse tout de suite vous faire une place (ba oui, ils vont pas la faire pour vous quand même !).

Une tête pensante ? Vous plaisantez ! Ici, chacun peut exprimer ses idées et les décisions se prennent en collectif.

Dans le Kosmoss, mes mauvaises habitudes sont et vont être bousculées !

Mais vous savez-quoi ?

Je suis certaine de m’y faire très rapidement !

Partager cet article

Comments 1

  1. Welcome Sophie !
    Et ravie de lire que tu es prête à ce que tes  » mauvaises habitudes  » soient bousculées ; – ) Il reste quoi qu’il en soit toutes les bonnes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.