kosmoss-haute-loire-design-sprint

Un Design Sprint Kosmoss vu de l’intérieur – 1ère Partie.

Début du Design Sprint Kosmoss

JOUR 1

Très cher toi, Néophyte du Design Sprint

8h30 : Je suis bien arrivée à Saint-Julien-Chapteuil en ce gris 19 septembre. Sous les gouttes et le ciel gris, mais l’ambiance est bonne alors ça va.

12, nous sommes douze à vivre l’aventure d’un design sprint au vert. Nous voilà réunis pour 5 jours de workshop non-stop !

Au milieu des champs où broutent tranquillement les troupeaux, nous avons fait une annexe Kosmik pour refaire le monde, ou presque.

Accueil aux petits soins : brioche aux pralines et café expresso, rien n’est trop beau pour motiver les Kosmoss Fellowz !

Dans un gîte reconverti en Hub Spacial trônent les Mac sur les tables campagnardes – choc des cultures.

Bien au chaud les designers, webdesigners, acteurs du web et gardiens du temple échangent et travaillent sans stress, mais avec ferveur.

13h – voilà que s’annonce le déjeuner, Captain Vallier aux nombreux talents nous a concocté un poulet aux saveurs d’orient.

Heureux détendus et repus les Kosmoss Fellowz enchainent avec entrain les ateliers de l’après-midi.

Certains travaillent dans la cuisine où Michel, notre photographe, prépare des tartes pour le dîner, les autres potassent dans la salle à manger.

On ne divise pas pour mieux régner, on s’organise pour mieux avancer.

Session de travail studieuse, on détermine les plans d’action à réaliser dans la semaine.

La journée passe sans que l’on voit défiler les heures.

17h30 Tous dehors pour une photo souvenir de cette première journée.

Les Kosmossiens achèvent ce soir, autour d’un petit salé aux lentilles (du Puy – bien sûr!), leur premier jour de design sprint qui promet d’être fructueux.

Je terminerai le récit de ce lundi 19 septembre 2016 par cette citation profonde de Guillaume, Webdesigner : « J’ai mangé une poire à midi ».  Guillaume est un philosophe, les choses sont dites.

Les mots du captain Julien Legat :

12 (le nombre de sprinteurs) c’est trop dans l’absolu mais la situation est particulière avec ce projet “ interne “.

Sinon le lundi est selon la méthode Google Ventures clairement destinée à se fixer les objectifs et les ambitions long terme et pour le coup ma chère Vanessa tu semblerais l’avoir zappé ; )

Sinon oui, la logistique était réglée aux petits oignons et ça c’est essentiel pour se consacrer au sprint et à son objectif final de tester et prototyper des idées en 5 jours ; )

JOUR 2 du Sprint Kosmoss

Presque réveillée par le chant du coq, la fine équipe se lève avec le sourire, des idées novatrices plein la tête. C’est assez amusant de voir la tête des Fellowz au réveil, tout le monde a la pêche, ça fait plaisir !

9h00 : La journée s’annonce sous les meilleurs auspices après que le petit déjeuner ait rempli l’estomac des créatifs. Captain Vallier ayant pris le soin de nous fournir les croissants, comment ne pas être ensuite performants ?!

Au programme de la journée :

  • pour les designers produits : travailler sur le packaging de l’offre « Boxx »
  • pour les webdesigners, intégrateurs, CTO : adapter le format indesign du site au format web, palier les exigences techniques invoquées lors des briefs : map, questionnaire…
  • pour les acteurs du web ce sont les contenus qui sont à créer, les gestions en back-office des demandes clients…

Bref, tout le monde a du pain sur la planche en ce deuxième jour de Design Sprint !

Cette journée est déjà bien lancée, chacun sait ce qu’il a faire, les équipes sont formées, les Makers se connaissent, facilitant l’exécution des tâches à faire.

L’avantage de ne pas avoir de rupture d’idéation : on continue sur les idées évoquées la veille, il n’y a pas de perte de temps à refaire un «mémo ».

17h00 : le soleil brille dehors, tout le monde à bossé, fort. Qu’à cela ne tienne, une balade au grand air nous fait le plus grand bien. Le Design Sprint c’est aussi travailler en intelligence : travailler de façon intense oui, sous la fatigue ou la pression non. Personne ne gagne à faire travailler des makers exténués !

La phrase du jour nous vient de Lyne / Sylvain : « En Haute-Loire, tout est possible, même d’arriver à manger des lentilles ». Les intéressés comprendront, enfin surtout le père de Lyne…

Les mots du captain Julien Legat :

L’avant sprint avait permis de poser à la fois les codes graphiques de la nouvelle plateforme ainsi qu’un zoning assez fin permettant de rapidement mettre l’équipe du sprint en route . Dans le même registre, un long travail d’analyse nous a permis de fixer efficacement notre proposition de valeur. Bref la période pré sprint n’est pas à négliger !

Quoi qu’il en soit le JOUR 2 est un jalon clé car il lance ou non la dynamique. Il est clair ici que la vie du groupe est essentielle et qu’il faut veiller à ce que tout le monde conserve des forces psychiques ; )

JOUR 3 – Un Design Sprint à mi-parcours

Les bases solides sont posées.

Dès 9h00 : Pas de suspense ni de mystère, tout le monde doit avancer de concert sur les missions attribuées à chacune des équipes : les créatifs, les commerciaux, les acteurs du web.

  • Jonathan, Guillaume, et Your, les webdesigners sont au travail en mode « BG » comme dirait Captain Julien Legat.
  • Damien CTO check si les fonctionnalités demandées sont réalisables sur le site WP.
  • La designer produit, notre Lyne nationale est en pleine création du packaging après ses sessions avec J-Yves Le Normographe.
  • Pauline la chargée de projet met en place les outils de gestion qu’elle a évoqué les jours avant avec Jimmy le business process manager.
  • Je suis chargée des contenus suite aux conseils, aux interviews de Julien et encadrée par les webdesigners qui briment ma créativité trop prolixe me donne le zoning à respecter pour les pages web. En temps réel, efficace.

Voilà l’essence même d’un Design Sprint : un ensemble de compétences, de makers qui travaillent de concert sur un même projet, dans la même temporalité.

  • Pas de rupture d’idéation.
  • Pas de délai de latence.
  • Pas de temps mort.
  • Des décisions prises rapidement.
  • Des problématiques qui trouvent une solution dans l’heure.

Ce sprint composé de 12 personnes qui travaillent dans un même but pendant 5 jours, comment faire plus efficace ?!

La phrase du jour, c’est la mienne : « C’est sympa la vie en communauté, mais ça ne remplace pas son lit douillet ! »

À noter : J’ai un côté un peu solitaire qui a besoin de break dans les échanges humains, qu’on se le dise, le Sprint c’est aussi très intense en termes d’échanges en équipe. Ce format ne conviendra peut-être pas aux Makers qui aiment travailler en solo !

Les mots du captain Julien Legat :

Absolument ! Un design sprint c’est une dynamique intense au sein d’une communauté restreinte. Mais comme le dit Vanessa, on est design sprinteur ou pas et c’est pareil du côté “client”. La démarche est ultra riche mais elle implique d’accepter de lâcher prise pour encore mieux réaliser l’idéation puis le prototypage. Le décideur doit décider et le rôle du facilitateur est essentiel.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.