notcom revolution

Le Notcom : première brique du storytelling

À l’origine les premiers noms de domaine du premier niveau (gTLD) étaient choisis en fonction de l’usage général de l’entreprise. Ils permettaient d’apporter un premier renseignement sur l’activité de l’entreprise.

On retrouvait le .com pour le secteur commercial, le .org pour les organisations, le .net pour les entreprises liées aux technologies d’internet. En un clin d’oeil on pouvait savoir à qui on avait affaire.

Au fil du temps ces extensions se sont démocratisées et ont fini par être ouvertes à tous les types d’entreprises. Lors de la création il vous suffit de choisir celle qui vous plait le plus quelque soit votre activité principale.

A l’heure actuelle n’importe quelle entreprise peut avoir une extension de nom de domaine en .com même s’il ne s’agit pas d’une société à but commercial. Certains pensent même que cette extension pourrait leur donner une vision internationale.

Alors comment différencier les entreprises ?

La différenciation est une notion importante pour le positionnement des entreprises sur le marché. La place d’une société sur son marché cible lui permet d’atteindre plus facilement ses objectifs auprès des consommateurs potentiels.

Pour travailler l’image, la notoriété et le positionnement d’une marque, on utilise le Brand Design : un ensemble de techniques marketing qui consistent à travailler sur le moyen et long terme pour faire connaitre une société par le biais d’éléments publicitaires. Il s’agit de créer autour d’une marque une histoire pour lui donner un attrait humain et permettre l’identification des consommateurs. Le fait étant que plus un prospect se sentira proche des valeurs défendues par une entreprise et plus il pourra s’identifier et se sentir rassurer pour consommer les dits produits.

L’identification permet de légitimer l’acte d’achat en montrant que les valeurs partagées sont communes. L’histoire mise en place par le marketing pour communiquer sur une marque passe par différents outils de communication comme le logo, le slogan, les couleurs… Le tout étant choisi en amont dans un plan de communication (ou marketing) et mis en application lors des campagnes de communication publicitaires aussi appelées storytelling.

Le storytelling est une action détournée de communication qui permet de raconter une histoire pour susciter l’attention et créer l’envie sans utiliser les arguments traditionnels de vente. Ainsi les clients potentiels apprennent d’abord à connaitre la marque, à l’apprécier, à échanger avec elle avant d’être emmenés à faire un acte pour l’entreprise.

Le storytelling permet à la marque d’être humanisée, et surtout par cette « histoire » elle donne avant de recevoir, ce qui permet une mise en confiance.

À l’origine cette technique était utilisée dans le domaine du luxe notamment avec les marques de parfums qui mettaient en scène des scénarii pour donner l’envie de leur produits. C’est d’ailleurs toujours le cas, mais à l’air d’internet, la démocratisation des réseaux sociaux dans la communication des marques avec leurs clients a changé la donne. Le storytelling s’est donc imposé petit à petit comme une étape indispensable à la compréhension des marques et des valeurs qu’elles veulent faire passer.

Certaines marques comme Michel & Augustin ont su fédérer leur communauté autour d’eux en partageant leur histoire au quotidien. De cette manière ils ont su se différencier de leur concurrents en proposant autre chose que juste des produits à consommer. En partageant leur événements et en proposant à leur communauté de participer, l’identification est parfaite. La marque est reconnue par tous grâce à ses actions avant d’être vue comme une entreprise commerciale. On le voit, la personnalisation passe par l’outil internet, et pour aller plus loin dans celle-ci ou plutôt pour commencer l’identification, il faut choisir son nom de domaine et l’extension qui va avec. C’est là qu’entre en jeu la révolution Notcom ou le donaming.

Le Notcom ou le lancement du storytelling par le nom de domaine

On l’a dit, le storytelling permet de raconter des histoires et d’ancrer dans les mémoires les valeurs d’une marque pour permettre son identification. Mais à l’heure d’internet le nom de domaine n’est-il pas plus important ?

Le nom de domaine (ou le nom du site web) est l’une des premières choses que le consommateur va retenir et entrer dans un moteur de recherche pour trouver des informations, prendre des renseignements, avoir des avis et comparer. Pour être trouvé plus facilement il faut faire preuve d’imagination, de logique et surtout de simplicité. En effet, plus le nom du site est simple ou mnémotechnique et plus il sera facile de le garder en mémoire. C’est pour cela que le Notcom mis en place par la société Donuts.domain a su se faire une place dans la stratégie d’identification. Le choix du nom de domaine est une étape primordiale mais le choix de l’extension le devient aussi.

Depuis 2012 et l’apparition de nouvelles extensions de nom de domaine, les entreprises peuvent s’adapter à leur secteurs et avoir une reconnaissance en un seul mot. Avant on pensait que choisir .com nous permettrait d’être visible à l’international et le .fr de montrer notre appartenance avec le made in France si cher à certaines marques. Mais quand on sait que le monde compte plus d’un milliard de sites web actifs, comment faire la distinction ? L’imagination et la différenciation sont donc de mise pour que l’on puisse avoir une visibilité sur la toile.

Il vous est forcément déjà arrivé de taper un nom de site en .com et de tomber sur tout autre chose. Certaines marques achètent les noms de domaines qui pourraient se rapprocher de leur nom pour ainsi éviter au maximum les confusions et réorienter plus aisément vers leur page. Vient alors la question de savoir ce que l’on peut faire pour rester visible dans toute cette « infobésité ».

L’une des solutions est d’utiliser plus d’extensions lors de la création ou la migration des sites internet. Jeff Davidoff de la société américaine Donuts a lancé pas moins de 200 extensions de noms de domaine pour s’adapter à la demande des différents secteurs d’activités. Il s’agit de nouveaux gTLD, des noms de domaine de premiers niveaux qui sont reconnus par Google et indexés correctement sur les moteurs de recherches.

Une chose à savoir c’est que l’utilisation de ces extensions n’aura pas d’impact négatif sur le référencement de vos données. Donc vous ne prenez pas de risque à essayer.

La révolution Notcom fonctionne comme une technique de différenciation à part entière. Le nom de domaine étant l’un des premiers éléments que l’on note sur une société, il parait donc important que cet élément permette aux futurs consommateurs d’identifier rapidement de quoi il est question.

C’est pour cela que le choix d’un nom de domaine spécifique plutôt que généraliste entre dans la logique d’un plan d’action marketing : il s’agit de la révolution Notcom appelée aussi donaming.

Evidemment à lui tout seul il ne permettra pas de booster immédiatement les ventes de votre site, mais il pourra être une pièce supplémentaire pour valoriser votre image de marque et obtenir un avantage concurrentiel en vous positionnant en tant qu’expert dans votre domaine.

À bien y réfléchir ne parait-il pas plus logique pour une société de sport d’utiliser un .fitness, pour un site d’agriculture un .bio ou un .work pour mettre en ligne votre CV ?

Chaque entreprise pourra trouver son intérêt et l’adapter à son activité. Aujourd’hui on compte presque 750 extensions disponibles et d’autres sont encore en phase de lancement mais tout évolue alors pourquoi ne pas adopter le Notcom pour donner une nouvelle ligne d’action à vos plans de communication ?

Maintenant c’est à vous de savoir comment mettre en place la révolution Notcom pour protéger votre entreprise et apporter plus de visibilité à votre site internet.

Laisser un commentaire